Ils apportent à manger aux personnels soignants

Ils apportent à manger aux personnels soignants
26 mars 2020 fumenf29100

Des attentions qui comptent. Le week-end dernier, dans les locaux de l’hôpital Michel-Mazéas à Douarnenez (Finistère), les odeurs des viennoiseries, tout juste sorties du four, embaumaient les couloirs. Et les sourires du personnel soignant en disaient long.

100 repas ce samedi

À l’initiative du Fournil de Ploaré, du Fumoir de l’Enfer du Port-Rhu et du Charl’o de Tréboul, 120 viennoiseries ont été réalisées à destination du personnel soignant. « Étant auto-entrepreneur, je me retrouve au chômage, sans revenus, sans aides à cause du coronavirus, explique Christophe Maguet, du Fumoir de l’Enfer. Mais, il me reste du stock. Alors, avec d’autres restaurateurs et boulangers, nous avons eu l’idée de distribuer et d’offrir à manger à ceux qui sont en première ligne pour lutter contre ce virus. »

 

 

Un moyen aussi de s’occuper. « On passe d’un quotidien où notre travail est très prenant à plus rien, du jour au lendemain, poursuit Christophe. Quand on voit le sourire de tout le personnel soignant, aides à domicile et infirmiers libéraux compris, lorsqu’on leur a préparé cela, ça fait chaud au cœur. On apporte notre aide, à notre manière, avec ce que l’on sait faire. »

Prochaine étape ? Un repas complet, samedi midi. Les restaurateurs en prévoient une centaine. Au menu : plateaux de poissons fumés, jambon cru, rillettes, porcs confits et far aux pruneaux. « Cela a été très bien reçu alors on veut continuer. Et pourquoi pas continuer en faisant des choses plus poussées ? On respecte toutes les mesures d’hygiène. On ne fait pas n’importe quoi. Faire cela donne un sens à nos journées. » À l’initiative de cette solidarité, les artisans des métiers de bouche appellent leurs confrères à rejoindre cet élan de solidarité.

Du côté de l’Esquisse à Tréboul, avant la fermeture – « l’enseigne traverse une période dramatique. Nous avons une trésorerie fragile. On espère qu’à la fin de cette crise, cela va redémarrer fort » – le chef Christophe Carvalho a fait don des masques et gants à sa disposition aux personnels soignants même.

À leur échelle et même au chômage, les artisans de bouche douarnenistes se montrent solidaires envers le milieu médical.